à nos âmes, volutes éthérées

traverser le ruisseau, le ruisseau de ton âme, s’écorcher sur les berges, berges de tes larmes, s’évader aux illusions, illusions de ton rire, s’empaler au rejets, rejets de ton sourire, aux accrocs délétères, je reste dans le tombeau. Illusion de l’être, confusion de mon être. à mon enterrement, tu chercheras mon corps, à mon enterrement, tu chercheras en corps. décharnée, émaciée, désapparaître. décharnée, émaciée…

savourer les saisons, les saisons de ton être, pour m’en priver, m’anorexier. jouer des ombres infidèles, réfutant nos êtres, pour m’effacer d’un revers désespéré. et les crocs aux viscères, je me leste dans le caveau. Illusion de l’être, confusion de mon être. à mon enterrement, tu chercheras mon corps, à mon enterrement, tu chercheras en corps. décharnée, émaciée, désaparaître. décharnée, émaciée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *